Alimentation / Agriculture

La population mondiale augmente…il est nécessaire de soutenir l'agriculture durable afin d’assurer notre capacité à alimenter TOUT LE MONDE.
L'achat de produits locaux, biologiques, de saison et durables est le meilleur moyen de soutenir l’Économie Verte dans le domaine de l'agriculture.
Découvrez tous les conseils et astuces que nous avons sélectionnés pour vous dans cette thématique...

Visionnez les bandes-annonces de la catégorie Alimentation / Agriculture

ASTUCES
partage

Manger local et de saison

Manger local et de saison

partage

Alterner les sources de protéines animales et végétales

Remplacez régulièrement la viande et le poisson par des associations de céréales (blé, maïs, riz…) ou de légumineuses (lentilles, soja, pois chiches, haricots rouges, pois cassés…).
Osez gouter, vous serez agréablement surpris.
Et c’est aussi tout bénéfice pour votre santé !

partage

Eviter les bouteilles en plastique jetable

44,9 % du tonnage des emballages mis sur le marché sont des emballages de boissons, le plus souvent en plastique.
Même si la plupart peuvent être remis à la collecte sélective en vue de leur recyclage, cela coûte plus cher à l’environnement que diminuer ces emballages à la source.

partage

Préférer les viandes les moins nuisibles pour l'environnement

Pas besoin de devenir tous végétariens !
Le poulet génère 24 fois moins de gaz à effet de serre que le veau, et 8 fois moins que le bœuf. Le poulet et le porc sont donc les viandes les moins pénalisantes pour l’environnement.
Mais n’oubliez pas de combiner les conseils : vérifier la provenance (la plus locale possible) et le mode d’élevage (bio, respectueux de l’environnement et de l’animal…).

partage

Choisir des produits les moins transformés possibles

Les circuits qu’empruntent les aliments se sont allongés.
Les aliments sont transformés, traités, emballés, transportés…
Au final, une pizza au jambon surgelée a nécessité plus de pétrole que de jambon… !
Rien ne vaut le frais…

partage

Utiliser son pouvoir citoyen

Interrogez la crèche, l’école, même votre entreprise sur la provenance des produits servis dans les cantines que vous et votre famille fréquentez.
Proposez d’intégrer des produits bios, locaux, de saison ou issus du commerce équitable. Eveillez les consciences au quotidien de ceux qui n’ont pas encore acquis ces réflexes.

partage

S'abonner aux paniers bios

Vous pouvez vous abonner aux « paniers biologiques », une formule qui vous permet de manger de délicieux fruits et légumes de saison sans vous ruiner.
En souscrivant votre abonnement, vous choisissez la fréquence et les quantités que vous souhaitez. Il suffit de venir retirer votre panier dans un point de vente du réseau.
De plus en plus de communes bénéficient de cette offre proposée par des associations de producteurs

partage

Adhérer à une groupe d'achat

Certaines personnes se regroupent pour acheter ensemble des produits de qualité directement aux producteurs locaux : pain, produits laitiers, viande, légumes, etc. Chacun a ainsi accès à des aliments produits localement et souvent issus de l’agriculture biologique.
L’achat en direct permet d’éviter les intermédiaires, de bénéficier de produits frais et de prix avantageux.

partage

Organiser un compostage de quartier

Pas le temps ou la place pour composter chez vous ? Mettez vous à plusieurs !
Le compostage de quartier consiste à composter les déchets organiques de plusieurs ménages ensemble.
Vous pouvez y participer activement ou simplement en apportant vos déchets organiques.

partage

Eviter les produits "suremballés"

De trop nombreux aliments sont emballés de plusieurs couches de matériaux, dont le volume de l’emballage est disproportionné par rapport au contenu.
Trois sacs de courses déballés génèrent un sac d’emballages… qui filent directement à la poubelle.
Or, vous payez aussi l’emballage : dans le cas des produits alimentaires, il peut représenter jusqu’à 20% du prix du produit !
Evitez donc aussi les produits emballés individuellement (biscuits, yaourts, boissons, lingettes cosmétiques, etc.).

partage

Lire les étiquettes des produits

La lecture des étiquettes donne une série d’informations utiles sur la provenance du produit, le mode de production, etc.
Vous pourrez ainsi constater que l’on vend des pommes en provenance d’Argentine au mois d’octobre… en pleine saison des pommes en Europe !

partage

Pour les produits exotiques, privilégier le commerce équitable

Lorsqu’il n’existe pas de production locale pour un produit, il est intéressant de se tourner vers le commerce équitable.
Le commerce équitable concerne en général des produits que l’on ne peut pas trouver chez nous (banane, chocolat, café par exemple) et qui sont généralement importés par bateau, moins polluant que l’avion.
Pour préserver l’environnement, il vaut cependant mieux éviter tout ce qui peut être remplacé par des produits locaux et de saison.

partage

Accomoder les restes

Les restes de légumes défraîchis ne sont pas appétissants ? C’est vrai, mais cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent plus être mangés !
Intégrés dans une soupe, vous n’y verrez que du feu !
Vous pouvez sans hésiter ajouter à votre soupe les restes de légumes qui traînent au fond du frigo, les fanes de certains légumes, et pourquoi pas des restes de fromages un peu faits. Vous verrez, cela donne du caractère à la soupe !

partage

Privilégier les produits bios

Ceux-ci sont produits dans des conditions plus respectueuses de l’environnement. Vous en ressentirez vous aussi les bénéfices car les aliments bio sont plus savoureux et plus sains à la consommation.
S’ils sont locaux et de saison, ils produisent moins de CO2, ne contiennent pas de pesticides, respectent le bien être animal et notre santé !
Le bio nécessite 20% d’énergie de moins et réduit de 30% les émissions de gaz à effet de serre.

partage

Limiter la consommation de viande

La consommation de viande représente presque 50% de l’impact environnemental de notre alimentation ! La production d’un kilo de boeuf engendre près de 80 fois plus de gaz à effet de serre qu’un kilo de blé. Il y a trois raisons pour lesquels l’impact de la viande est si grand :
> Pour nourrir le bétail, on procède à la déforestation (2.700.000.000 tonnes de CO2).
> Le méthane provient principalement des processus de fermentation des bovins, mouton et chèvres (2.200.000.000 tonnes de CO2).
> Le lisier, les engrais, les pesticides… (2.200.000.000 tonnes de CO2)
Alors réduisez votre consommation de viande et privilégiez les races rustiques ou les élevages extensifs (élevage à l’herbe) pour favoriser des modes d’élevage non agressifs pour l’environnement et respectueux des animaux.

partage

Manger du poisson sans vider les océans

Si manger du poisson est conseillé d’un point de vue diététique, il ne faut cependant pas en abuser.

En effet, les ressources en poissons s’épuisent car leur volume pêché aujourd’hui dépasse celui de la reproduction annuelle (voir encadré). Selon la FAO (Food and Agriculture Organization), 75% des réserves mondiales de poissons sont en danger : c’est le cas du thon, du flétan, du cabillaud, du merlu, de l’espadon et de la sole.

Pour préserver et partager la ressource halieutique de façon solidaire avec ceux pour qui c’est la seule source de protéines animales, consommez du poisson, modérément, en prenant garde à l’espèce.

> Évitez de consommer les poissons pêchés au chalut, mode de pêche destructeur des milieux, pour décourager une forme de pêche qui constitue un désastre écologique et humain.

> Privilégiez les pêches locales, pour favoriser une activité respectueuse du milieu et créatrice d’emplois non délocalisables.

> Privilégiez les pêches issues d’une aquaculture contrôlée, pour encourager une activité moins impactante pour l’écosystème.

> Privilégiez les poissons frais mais également en conserve labellisés, arborant par exemple le label MSC (Marine Stewardship Council). Cette organisation indépendante a développé une norme environnementale pour une pêche durable et bien gérée.

partage

Opter pour des produits locaux et de saison

Des tomates en plein hiver ? Elles n’auront jamais le goût et l’odeur des tomates mûries au soleil en saison. Et elles sont beaucoup plus chères…
Mais ce n’est pas tout : ces produits vendus hors saison viennent généralement de loin et/ou sont cultivés sous serre. Ce qui nécessite beaucoup d’énergie et souvent plus d’engrais.
Acheter local et de saison: ça a meilleur goût, ça préserve l’environnement mais également votre porte-monnaie.

Voir toutes les astuces
INFOS
Voir toutes les infos

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.